Cycle Conférences SFEMT 2020/2021 : 18 janvier Nicolas Tournadre

La SFEMT a le plaisir d’annoncer la tenue, dans le cadre du Cycle Conférences SFEMT 2020/2021, de la conférence suivante :

Articulation entre ‘écolinguistique’, ‘relativisme linguistique’ et ‘poétique’. Approche critique, illustrée à l’aide de langues diverses, notamment tibétiques

Par Nicolas Tournadre (Aix Marseille Université et CNRS, Lacito)

Lundi 18 janvier 202117h15-18h45

**La conférence se tiendra en ligne via Zoom**

Les modalités de connexion (lien Zoom et mot de passe) seront communiquées par mail via la liste de diffusion de la SFEMT **le jour même à 12 heures**. Les personnes qui ne sont pas inscrites sur notre liste de diffusion mais souhaitent assister à la conférence sont priées d’envoyer un message à sfemt.contact@gmail.com avant le 17/01/2021.

Résumé de la conférence :

De façon à contribuer à la prise de conscience de la catastrophe écologique dont la pandémie actuelle est, en grande partie, une des conséquences, le langage peut être utilisé non seulement comme un vecteur de la pensée mais aussi comme un catalyseur. Nous aborderons ici l’articulation entre trois domaines, celui de l’écolinguistique, du relativisme linguistique et de la poétique, qui sont susceptibles de jouer un rôle dans cette prise de conscience visant à modifier notre rapport à l’environnement. 

L’écolinguistique intègre dans son approche non seulement les dimensions sociolinguistiques mais aussi les conséquences des langues et des cultures sur l’écologie. Le relativisme linguistique (hypothèse Sapir-Whorf) qui soutenait, dans sa formulation générale, que les langues reflètent des « visions du monde » a été abandonné mais, dans sa formulation restreinte, le relativisme linguistique demeure valide et soutient qu’en imposant des classements, des paradigmes, des perspectives et des repères, les langues ont une influence relative sur la perception et l’attention que l’on porte à certains phénomènes ainsi qu’à leur mémorisation (cf Le Prisme des langues, Tournadre, 2014 ; Deutscher 2010). En outre les langues induisent des associations d’idées qui leur sont spécifiques. La fonction poétique (au sens de Jakobson, 1963) qui, elle aussi, est spécifique à chaque langue, peut contribuer à modifier de façon subtile notre regard sur l’environnement.

Au cours de cette présentation, j’illustrerai les concepts ci-dessus à l’aide de nombreux exemples de diverses langues et notamment des exemples tirés des langues tibétiques (Tournadre & Suzuki, à paraître). J’utiliserai certains extraits tirés d’une de mes publications récentes, Méditations végétales et pensées minérales.

Enfin, dans la dernière partie, j’évoquerai le film de Nicolo Bongiorno intitulé Songs of the Water Spirits (2020) consacré à la catastrophe écologique qui se déroule au Ladakh et plus généralement dans l’Himalaya et sur le Haut Plateau Tibétain. Cela permettra aussi d’évoquer le parallèle troublant entre la menace qui pèse sur la biodiversité et celle qui pèse sur la diversité linguistique et culturelle (Gorenflo et alii 2012).

Références :

Deutscher, G. 2010, « Through the Language Glass: Why the World Looks Different » in Other Languages, William Heinemann.

Gorenflo L. J., S. Romaine, R. A. Mittermeier, and K. Walker-Painemilla. 2012 “Co-occurrence of linguistic and biological diversity in biodiversity hotspots and high biodiversity wilderness areas.” PNAS.

Jakobson, R., (1963), Essais de linguistique générale. Paris: Minuit

Tournadre N. & Suzuki H. (à paraître en 2021). The Tibetic Languages, an introduction to the family of languages derived from Old Tibetan. CNRS Lacito Publications. Linguistic diversity series.

Tournadre, N. 2014, rééd 2016. Le prisme des langues. Essai sur la diversité linguistique et les difficultés des langues. Asiathèque, version anglaise: The Kaleidoscope of Languages. Essay on linguistic diversity and language difficulties (forthcoming).

Tournadre, N. 2014. Méditations végétales et pensées minérales, Préface de Matthieu Ricard, Buchet-Chastel. Traduit en anglais sous le titre : Vegetal Meditations and Mineral Reflections. A Poetic Journey with Plants. (Forthcoming). Preface and photographs: Matthieu Ricard. Translation: Charles La Via and Síomón Solomon.

Songs of the Water Spirits, 2020. film de Nicolo Bongiorno.

Annonce du film. https://vimeo.com/474203181/7dde9a978c

Image : Nicolas Tournadre